Les applications pour décrypter les étiquettes, le fléau de la cosmétique.

Les applications pour décrypter les étiquettes, le fléau de la cosmétique.

Posted in humeurs

C’est un peu lassée que je vous écris cet article… Lassée de voir des partages non sourcés, des informations non fiables qui se propagent comme des champignons au détriment d’un vrai travail de fond, des expertises poussées, le travail de biochimistes renommés… C’est inquiétant de voir comme les gens sont manipulés face à  quelques articles copiés collés et pour la plupart rémunérés ou rédigés avec l’ego et parti-pris. 

Attention je n’ai rien contre les articles rémunérés, tout travail mérite salaire, je cite uniquement les rémunérations de textes copiés collés ou qui n’ont aucun rapport avec la ligne éditoriale du communiquant.

Aujourd’hui dans cet article il est question des applications mobiles pour décrypter la cosmétique et de l’engouement qui se fait autour d’elles.

Que les lecteurs/consommateurs soient emballés par le concept c’est une chose, je l’ai été aussi mais je l’ai gardé pour moi avant d’en parler.  Je souhaitais être certaine de la fiabilité d’un concept avant de le partager à ma communauté grandissante. En revanche, que des acteurs de la communication (blogs, médias, marques…) partagent ces applications sans véritables recherches, sans savoir qui se cache derrière ou bien même font les moutons clairement, parce qu’une personne tendance à leurs yeux les a partagées, on oublie totalement la responsabilité que nous avons auprès de notre lectorat. Nous participons à étendre un concept qui peut finalement être anti nous, anti tout ce que l’on défend chaque jour… Et l’on finit par répondre à des attaques auxquelles nous avons indirectement participé. Tu me suis ?

Il y a quelques mois, quand ces applications de décryptage n’existaient pas encore, je voulais créer une application mobile, un doublon de mon blog avec d’autres nouveautés dont l’analyse de composition.

Parce que le site « La vérité sur les cosmétiques » a été un vrai soutien dans mon parcours personnel et professionnel, je voulais cette fonctionnalité dans mon application. Le concept est très pratique et il nous facilite la vie, mais il doit être avant tout efficace. 

J’en ai immédiatement informé ma webmaster et elle m’expliqua que c’était clairement impossible de réunir tous les ingrédients qui existent et qui se créent encore aujourd’hui. Il faudrait une énorme base de données, un espace de stockage qui peut faire saturer ton téléphone pour tous les réunir et surtout, des années de travail afin de pouvoir enregistrer tous les ingrédients. J’ai donc vite abandonné l’idée. Mais d’autres l’ont fait. Nous avons besoin de ce genre d’application, par manque de temps, on recherche la simplicité, des solutions accessibles à tous. La demande est là et certains ont voulu y répondre mais avec quelles limites ?

Et puis il y a eu une application, et une autre le mois suivant, et encore une autre, comme quoi certains n’ont pas de personnalité, il en faut un pour se lancer et tout le monde sort le même concept après. Il fallait bien contre attaquer avec une autre application défendant son propre laboratoire…

Ces applications envoient ensuite des emails de partenariats aux blogs pour se faire connaitre, j’en ai moi-même reçus, et j’ai répondu non merci car suite à ma propre expérience je savais que cela n’était pas possible et puis j’ai regardé un peu le fond de ces applications et alors là c’était plus grave que ce que je pensais déjà.

Quand on décrypte un produit il faut analyser l’étiquette dans sa globalité.

A savoir, les ingrédients qui figurent sur la liste INCI ne sont pas tous des ingrédients ajoutés dans la bouteille. Il y a aussi les composants -mêmes de ces propres ingrédients qui doivent obligatoirement apparaître.

Prenons une crème visage qui contient uniquement 5 ingrédients mais lorsque tu lis la liste INCI (au dos), il y a 10 ingrédients. Les 5 suivants sont les composants mêmes des 5 premiers. Le % est donc minuscule et le risque allergisant encore moins. Mais voila ces applications ne nuancent pas comme un formulateur peut faire, comme un humain peut faire. Et ces petits outils technologiques ne peuvent pas pour le moment nous remplacer. 

Dans certaines applications, n’importe qui peut ajouter sa note sur une composition, sans être diplômé en bio-formulation, sans aucune légitimité, je te laisse imaginer la fiabilité de l’application. Le concurrent d’une marque peut même noter le produit et venir la salir au calme. 

Autre point, qui sont les créateurs de ces applications ? Oh non, des laboratoires ANTI NATUREL, oh non des marques de cosmétiques qui mettent en avant leur propre business et salissent les concurrents… C’est un peu comme certains labels BIO financés par les propres marques qu’ils représentent… NEUTRALITE BONJOUR ! 

Exemple : CLEANBEAUTY qui a été créée par la marque de cosmétiques Officinea nous redirige vers ses propres produits.

Et puis quand on lit que le LIMONENE est dangereux, que c’est un perturbateur endocrinien dans l’une de ces fameuses applications alors que c’est un des composants de l’orange, tu te dis que demain ces applications vont nous interdir de manger des fruits ? Je suis vraiment lassée et surtout épuisée parce que ces applications détruisent des années de travail, elles remettent en cause des vérités… Et qui récupère des lecteurs complètement perdus, qui ne savent plus vers quoi se diriger ? Qui reçoit des commentaires parfois piquants «  tu prônes le naturel mais tu mets en avant un ingrédient qui ne l’est pas » oui parce que ces applications sont tellement pertinentes, qu’elles te disent que certains ingrédients naturels sont dangeureux mais que le synthétique c’est chic ! Et toi ensuite, tu te justifies, tu défends des choses évidentes, tu tentes de casser ces préjugés et autres réputations, tu perds ton temps clairement. Avec ces applications on pense détenir la vérité et l’on remet en cause des ingrédients végétaux…

Et inversement, dans certaines de ces applications, le scan ne détecte aucun ingrédient controversé. 

Bien que les applications mobiles pour décrypter les compositions partent d’une bonne intention, elles ne sont pas fiables pour le moment. À cause d’une base de données trop faible pour commencer mais aussi d’une analyse globale que seul l’Homme est capable de faire.  Sans parler de l’orientation des propriétaires. 

Pour les consommateurs qui n’ont aucune formation scientifique et qui souhaitent être éclairés, car c’est important de savoir ce que l’on consomme, le décryptage des étiquettes est très délicat. Mais à part nous faire peur avec tout un tas de substances « potentiellement » allergisantes, ces applications ne délivrent pas plus d’informations sur le produit et de vraies solutions.

Alors vous allez me dire comment décrypter nos compositions ? 

Le site internet LA VERITE SUR LES COSMETIQUES est le plus ancien, et le plus sûr, mais il ne remplacera jamais l’Homme, lui non plus, et le mieux donc c’est de vous diriger vers les formulateurs cosmétiques des marques qui se rapprochent de vos valeurs, ils vous expliqueront chaque ingrédient, leur utilité et les précautions.

La vérité sur les cosmétiques + formulateurs cosmétiques si quelques doutes en cas d’allergies et posologies. Et surtout ne vous mettez pas une pression folle, ou une pression tout court, le bien-être avant tout. Ce n’est pas un ingrédient qui va nous tuer. Le réel reproche à la beauté pétrochimique, c’est l’accumulation des ingrédients nocifs que les marques ne prennent pas en compte. Mais surtout ne tombez pas dans une paranoïa maladive.

De mon coté j’ai décidé d’éviter toutes les applications mobiles comme QUELCOSMETICS (Ufcquechoisir), INCIBEAUTY , CLEANBEAUTY et toutes les autres. Pour ma part c’est MERCI NON MERCI, OUI MAIS NON.

Le mieux serait que les marques affichent une double traduction des ingrédients qui soit compréhensible par tous, car la liste INCI est très souvent rédigée en latin et si tu n’es pas chimiste, c’est difficile de savoir ce qui est bon ou pas. Quelques marques jouent le jeu et affichent les ingrédients et leurs fonctions. Je pense à Skin & Tonic. Les autres doivent le faire, au moins sur leur site internet, avec les fiches techniques, afin de partager leur savoir et leur choix et que tout soit plus clair pour le consommateur. 

Cet article a été motivé par un nombre incalculable de messages de lectrices que je reçois où elles m’expriment qu’elles sont complètement perdues face à toutes ces désinformations, les relances de ces applications pour que je parle d’elles en bien, des influenceurs qui te partagent ça comme-ci c’était le graal alors que pas du tout et les commentaires parfois désobligeants où l’on te dit « ton produit est toxique, c ‘est l’application qui… ». Au moins les choses sont dites, j’espère qu’elles seront maintenant comprises. Je suis là pour échanger avec vous en commentaires.

Naturellement, Peau Neuve.

Comments (46)

  • Bravo pour ton article

    Cybe
    Répondre
  • MERCI ! Mais merci pour ton post.. je travaille actuellement dans les cosmétiques, et avant, j’ai étudié le domaine, autant la cosmétologie que la biologie, et recevoir (presque) quotidiennement des clients prétendant tout connaître en scannant les produits avec ces nouvelles applications me hérissent de plus en plus le poil !

    Justine
    Répondre
  • Entièrement d’accord, l’appli cleanbeauty c’est du n’importe quoi.

    Masta
    Répondre
  • Merci pour ton article extrêmement utile Peau Neuve!

    Delphine
    Répondre
  • Merci de m’avoir ouvert les yeux, j’étais en train de me faire manipuler

    Marjorie
    Répondre
  • Merci beaucoup pour ton article !! Je supprime direct ses applications.
    J’aime tellement te lire.

    Elodiem-
    Répondre
  • Juste génial!!!!!! Encore merci pour le temps que tu as pris pour bien expliquer! Exit Clean Beauty! xD

    Melissa
    Répondre
  • Bonjour Peau Neuve,
    Tout à fait d’accord avec toi, sur toute la ligne.
    Ce que je recommande en général, c’est déjà de s’attacher aux premiers ingrédients d’un produit (après l”eau, bien sûr) : on a vite une idée de son contenu avec les premiers composants qui constituent en majorité le cosmétique en question.

    Répondre
  • Merci pour cet article plus qu’intéressant, disons plutôt instructif ! Il retenti évidemment puisque nous en avions parlé sur IG. Alors que choisir parmi la multitude de produits proposés ?! Pour ma part j’ai déjà fait le choix de ne plus utiliser de gel douche, mais juste des savons saponifies à froid (et local en plus !), le shampoing lavera dont tu as venté les mérites … En fait le mieux c’est moins il y a de de composants dans le produit, mieux c’est non ?!

    Carolinthepapers
    Répondre
    • Oui et non, c’est tout de même bon signe.
      Prenons l’exemple d’une lotion anti-poux conventionnelle, tu y trouves de l’huile minérale + PEG + myristate d’isopropyle = 3 ingrédient mais une composition à fuir :/
      On a tous des valeurs qui nous sont propre, le mieux reste de s’informer et partir avec sa petite liste d’ingrédients que son ne souhaite plus consommer 🙂

      Peau Neuve
      Répondre
  • Coucou Tata Peau neuve, et bien un grand merci pour cet article. je me fiai beaucoup à l’application CLEAN BEAUTY… bon et bien merci mais non merci.
    Rien de mieux que de lire soit même les premiers ingrédients des produits.

    Aniet
    Répondre
  • Bonjour. C’est la première fois que je lis ton blog ( je venais juste chercher si je peux améliorer ma recette de gommage au marc de café). J’ai lu ce sujet, et j’ai envie de dire: ce que tu dénonces, malherueusement, est valable pour d’autres sujets, parfois bien plus graves que les cosmétiques. Que ce soit blogs ou médias ( ceux qui ont une responsabilité), (pour les réseaux, on ne demande pas aux gens d’êtres des pros,), ce ne sont que des perroquets. Ils répètent les infos sponsorisés par les marques ou le gouvernement, comme des cd en mode repeat, again and again… Pas de neutralité, pas de vérification des infos. Quand reporter sans frontières dit que la France est 39ème en liberté de la presse (!) ( toutes presses confondues) c’est bien ce qu’on constate au quotidien: beaucoup , BEAUCOUP de rabachages hatifs, quasi plus d’enquêtes réelles, et qui cherchent TOUTE LA VERITE, et énormément de bourrage de crâne, pour les imbéciles ( ou les naifs, je vais pas insulter non plus) qui se farcissent des infos sans jamais chercher par eux mêmes, trier, ou chercher les intérêts et profits derrière les infos. Bref, ne t’inquiètes pas,: perso comme beaucoup d’autre je ne me fie pas à ces applications dont tu parles. De toute façon moi je n’utilise que des produits de base ( huile d’amande douce pour cheveux et corps, et shampoing très doux sans savon) mais au cas ou on m’o
    ffre une crème par exemple je lis les étiquettes, et si je ne comprends pas ce qu’est tel ou tel ingrédient ben je tape moteur de recherche ( pas très compliqué). Je ne sait pas si beaucoup font comme moi, mais en tout cas question résultat beauté je suis plus que satisfaite!!!! Je me chouchoute comme une princesse. Avec l’argent que je ne dépense pas dans des m… j’achète les produits ” de luxe” ( huile d’argan pure, huile d’olive première pression). C’est pareil pour la nourriture, et autour de moi tout le monde adopte mes secrets de beauté quand ils voient ma chevelure “parce que je le vaux bien” lol. Bonne soirée.

    sasad
    Répondre
    • Des commentaires comme le tien j’en veux tous les jours ^^
      Bouleversant de vérité, merci.

      Peau Neuve
      Répondre
  • Juste 2 mots: MERCI et BRAVO pour cet article. Je regarde que laveritesurlescosmetiqurs et je fais passer le message grâce à toi

    Camille
    Répondre
  • Article qui devrait paraître partout pour que tout le monde se rende compte et fasse attention ! Surtout qu’il peut s’appliquer à d’autres applications (quand les gens se rendront compte que le “gratuit” se paye indirectement !).
    Ce que je ne trouve pas normal, c’est que le magazine de consommateurs comme UFC Que choisir propose un tel type d’application ! Même si leur but est louable, le problème est que tout le monde peut remplir comme tu dis, mais aussi que les produits ne sont pas testés ! Car la liste INCI n’est pas fiable à 100 %, il est toujours possible de retrouver des « traces de » dans un produit qui ne doit pas en contenir (surtout pour les marques de distributeur où les usines travaillent pour plusieurs “grandes” marques). A mon avis, il faudrait que ce soit l’Etat qui développe une telle application car plus objectif (théoriquement) ou un organisme comme 60 millions de consommateurs, mais s’ils ne le font pas, c’est tout simplement que cela coûte trop cher pour donner une application complète ! C’est vraiment dommage. Car je sais que mes amis ont du mal à se repérer avec tous les ingrédients. Le conseil que je leur donne est le plus simple et efficace : privilégier les cosmétiques dont la liste des ingrédients est la plus courte.
    Perso, je ne suis pas pour l’abandon de la liste INCI en latin mais plutôt pour le double affichage, car les industriels renommeront les produits autrement en français. Ainsi pour l’alimentation, comme le nitrite de sodium commence à poser problème dans les charcuteries, certaines marques n’hésitent pas à mettre en français « pour être plus transparent », et à appeler ça, du sel nitrité. Et hop, les trois quarts des gens ne se méfient pas !
    Le must du must, ce serait carrément une formation à l’école pour décrypter les étiquettes, mais là avec les heures de cours qui diminuent, ce ne sera pas pour demain !

    Stef picarde
    Répondre
  • Merci pour cet article, je n’avais pas pensé à tout ce qu’il y avait derrière ces applications.

    Julia
    Répondre
  • Tellement vrai! Je travaille dans un magasin bio et le nombre de fois où j’ai entendu “oui mais j’ai vu un reportage à la télé où il disait…” Depuis des années maintenant, nous sommes noyés dans la désinformation. À force d’avoir des informations qui proviennent de tous les côtés c’est devenu difficile de savoir qui dit vrai. Merci de remettre en lumière ça. Il faut que chacun se rende compte qu’il est nécessaire de trier les données et se faire sa propre opinion, sans écouter bêtement les grandes entreprises et autres…
    Au delà de ça, te lire est un véritable plaisir.

    Charline
    Répondre
    • Ravie de te lire !

      Peau Neuve
      Répondre
  • Merci pour cet article ! Bon, je viens d’acheter la crème solaire (marque Anthyllis) pour moi et mes enfants en me basant sur INCI Beauty, j’espère qu’elle ne sera pas mal en termes de compo 🙁 C’est quoi la solution quand tu n’as pas le temps d’écumer tous les sites Internet pour t’assurer de la compo d’un produit ?

    Camille
    Répondre
  • Merci pour ce superbe article! C’est un combat au quotidien en effet! Et même moi qui suis chimiste, la liste INCI ne veut pas dire grand chose pour moi, car ce ne sont même pas des termes scientifiques, juste un jargon pour perdre le consommateur… La route est longue, et je comprends ta lassitude…
    Merci en tout cas pour ton contenu, on sait que toi tu es une référence!!

    Répondre
  • Merci pour cet article ! J’utilise, grâce à toi, le site “La vérité sur les cosmétiques” pour décrypter les étiquettes des produits avant d’acheter. Il est vrai que certains magazines (60…) avancent que certains ingrédients sont allergisants, alors que “La vérité sur les cosmétiques” non. Il est donc parfois difficile de s’y retrouver et surtout je me demande qu’y croire. C’est pourquoi j’ai décidé de ne me fier qu’au site “La vérité sur les cosmétiques” car sinon on est complètement perdu. Une application qui permettrait de scanner les étiquettes directement ce serait évidemment vraiment le top car les recherches INCI sont parfois longues et fastidieuses et doivent se faire en amont, tranquillement à la maison. Mais bon en attendant c’est mon petit rituel chaque fois que je décide d’acheter un nouveau produit. Merci pour tous tes conseils, continue comme ça nous avons besoin de personne comme toi !

    Roxane
    Répondre
  • Bonjour,
    Merci beaucoup pour cet article !
    Moi perso, dans ma transition vers le naturel dans ma routine beauté et d’hygiène de vie en général, j’ai tendance à me fier principalement à quelques blogueuses/instagrameuses naturelles en qui j’ai confiance et qui font ce vrai travail de fond dont tu parles !
    Merci infiniment pour tous tes conseils avisés, tu es une mine d’information très précieuse 🙂
    Keep up the good work 😉

    Agnès
    Répondre
  • bonjour Peau Neuve
    merci pour ce superbe article et tout le travail fait
    belle journée à vous

    sylvie flocoem
    Répondre
  • super article !

    salsabil
    Répondre
  • Bonjour Peau Neuve,
    Merci du fond du cœur pour ton article. Merci d’être pour ouvrir les yeux. Merci pour tous tes conseils.

    Happy
    Répondre
  • Une amie a partagé ton article sur Facebook et par curiosité j’ai lu, je ne m’attendais pas du tout à ça. Je pensais justement pouvoir déceler le vrai du faux grâce à l’appli (moi j’utilisais UFC Que Choisir). En revanche j’ai eu un doute car dernièrement je suis allée chez Aesop’sur recommandation d’une amie comme quoi la marque était super naturelle. Je cherchais une crème pour mains à offrir à une maman qui va bientôt accoucher, donc je voulais qqch de non risqué pour le bébé. La vendeuse me garantit qu’il n’y a aucun problème et quand je rentre chez moi, par curiosité je scanne : contient des allergènes, déconseillé pour enfants en bas âge. Donc je ne sais pas que croire…

    Blanche
    Répondre
  • Je pense sincèrement que la technologie est capable de prédire le niveau de dangerosité d’un produit, d’analyser une liste INCI dans sa globalité. (Cc Intelligence Artificielle). L’intelligence artificielle est capable d’apprendre et à terme peut avoir des conclusions beaucoup plus exactes que l’homme. (Elles pourraient même nous étonner). Seulement, ce n’est pas tellement le sujet.
    Ici il est question de l’usage qui est fait de ces applications qui se veulent neutres et comme “sciences exactes” pour nous permettre de consommer plus naturel etc. Et c’est très grave quand ça en arrive à des fins commerciales.. parce que l’idee initiale ne peut être qu’applaudit… Mais comme dans beaucoup de domaines, c’est difficile de lutter contre les gros groupes qui souhaitent tirer du bénéfice…
    Il ne faut néanmoins pas de plier à ça, on n’est jamais mieux servi que par soit même. Ce qui est sûr c’est que nous devons tous vérifier nos informations et ne jamais rien prendre pour acquis.

    Amély
    Répondre
  • Je me suis posée la question ce matin en utilisant l’appli Yuka sur mes produits de la marque Avril.
    La plupart contenait du Dioxyde de titane et jugeait le produit “mauvais”.
    En contactant la marque, ils m’ont expliqué que leur dioxyde de titane était fait de grosses particules et non dangereux et que s’il n’existait pas dans ma compo, ma bb crème serait transparente… ça fait relativiser!
    Cette applications aura au moins le mérite de faire réagir les marques quand les clients les contactent et d’essayer d’être encore plus clean ou de modifier leur compo.

    Doher
    Répondre
    • Je reviens vers toi concernant tes interrogations sur le dioxyde de titane. Voici les réponses d’Emilie, experte cosmétique AZ :
      ” Concernant la problématique de l’utilisation du dioxyde de titane dans les bonbons et l’alimentaire, ce sujet ne nous concerne pas et nous ne pouvons pas nous prononcer à ce propos.
      Concernant l’utilisation du dioxyde de titane dans les cosmétiques:
      Le dioxyde de titane n’est suspecté d’être cancérogène que sous forme de poudre fine inhalée, dû à la pénétration des particules fines dans les poumons. Pour cette raison, nous avons choisi de ne pas proposer le dioxyde de titane sous forme poudreuse, qui nous est pourtant régulièrement demandé.
      Dans le cas de l’actif « Ecran solaire naturel », le dioxyde de titane n’est pas sous forme poudre, il est empâtée dans une huile et il n’y a donc aucun risque d’exposition pulmonaire.
      https://www.aroma-zone.com/…/actif-cosmetique-ecran-solaire…
      Malheureusement, il existe peu de solutions pour une protection solaire en évitant les filtres solaires synthétiques. Le principal écran solaire utilisé en cosmétique Bio est le dioxyde de titane, car c’est le plus efficace tout en étant peu blanchissant.
      Il y a aussi l’oxyde de zinc, que nous vous proposons également, mais il faut en mettre beaucoup pour avoir une protection équivalente, et il a un effet plus blanchissant sur la peau.
      Enfin, certaines huiles végétales apportent un léger effet protecteur, voire même un effet assez notable avec l’huile de karanja.
      Si vous préférez éviter le dioxyde de titane, je vous conseille donc de vous tourner vers cette huile, tout en sachant que son effet protecteur reste modéré.
      Le Mica blanc brillant Aroma-Zone est un mica naturel – le mica est une roche issue de carrières – coloré avec du dioxyde de titane.
      Ce mica blanc est un ingrédient 100% minéral qui est autorisé en cosmétique BIO (étant non traité par irradiation, non nanoparticulaire).
      Sans le dioxyde de titane, ce mica ne serait pas blanc et n’aurait pas d’effet colorant couvrant. Par exemple notre poudre de lumière, qui est un mica naturel pur, apporte une touche de lumière et un effet satiné mais en transparence et sans effet colorant, elle n’est pas suffisante pour préparer du maquillage.
      Le dioxyde de titane est actuellement très controversé effectivement, mais il est suspecté d’être nocif uniquement dans les conditions suivantes :
      • S’il est en poudre libre, sous forme de nanoparticules ou de particules micronisées en dessous de 0.3 à 0.4 microns. Sous cette forme, il est suspecté cancérigène (pour les poumons, par inhalation) et classé par l’IARC, ce qui concerne surtout les personnes qui le manipulent de façon industrielle.
      • S’il est sous forme de nanoparticules. Il existe à l’heure actuelle encore peu de données concernant la sécurité des nanoparticules mais plusieurs études pointent une possible pénétration transcutanée. Le principe de précaution veut donc que l’on évite cette forme nanoparticulaire.
      Les micas proposés par Aroma-Zone, dont le mica blanc brillant, ne sont pas des nanoparticules, il n’y a pas de pénétration à travers la peau (pas non plus d’ingestion, ils sont destinés à un usage cosmétique).
      Dans les micas, le dioxyde de titane n’est pas libre, il est fixé sur les particules de micas, qui sont par ailleurs relativement « grosses » (8-80 microns en général), et ne vont donc pas pénétrer jusqu’aux alvéoles pulmonaires, il n’y a donc pas de risque de nocivité par inhalation.
      De plus, lors d’une utilisation normale des micas, ceux-ci ne vont pas être inhalés.
      Il n’y a donc pas d’inquiétude à avoir concernant l’utilisation de ce mica dans la composition de produits cosmétiques ou de maquillage «maison ».

      Répondre
  • Bonjour Peau neuve. Que penses-tu de Yuka avec l’integrat Des cosmétiques ?
    Merci pour ta réponse

    Gaelle
    Répondre
  • Bonjour,
    Merci pour cet article qui nous éclaire. As-tu testé Yuka? Si oui, penses-tu que c’est la même tromperie que les autres appli citées dans ton article? Merci =)

    Mathilde
    Répondre
    • Oui exactement la même chose. D’ailleurs les fondateurs de cette applications n’ont aucun diplômes en diététique ou cosmétologie…

      Répondre
  • Merci pour ton article et pour les informations que tu donnes sur ce sujet. C’est vrai qu’il faut se méfier et ne pas prendre la première information pour argent comptant. Ce qui est quand même fou, c’est que trouver une vraie information sur ce qu’on s’étale à longueur de journée sur la peau reste encore difficile…
    Je pense qu’il ne faut pas totalement dénigrer ces applications et peut-être les utiliser à bon escient. Je n’ai testé que Yuka qui semble encore indépendante puisqu’elle n’est qu’à l’état de start-up, il me semble. Je ne prends pas tout pou acquis de ce qu’elle me dit, mais je pense que c’est un bon outil pour faire un premier tri sur les produits vraiment dangereux et aller se renseigner (notamment avec ton lien “lavéritésurlescosmétiques” (je ne connaissais pas du tout, c’est vraiment pas mal) plus précisément sur l’éventuel problème de tel ingrédient. C’est vrai que depuis que j’utilise cette application pour avoir un peu une idée des choses, j’ai tendance à me tourner vers des produits plus naturels et plus biologiques on va dire.

    ONE STEP ONE PLACE
    Répondre
  • Ton article est vraiment intéressant et très perturbant en même temps car avec ces applications, on a vraiment l impression de bien faire ou en tout cas de mieux faire..
    Merci d avoir mis les choses au point.Je me fie vraiment à ce que tu dis car tes articles sont toujours tellement complets!

    Losfeld
    Répondre
    • C’est une question de bon sens. Quand tu lis dans l’application Yuka que l’huile d’olive c’est dangereux parce que c’est gras… Ça fait peur ! Ou bien que le geraniol ou le benzyl salicylate sont perturbateurs endocriniens alors que ce sont les composants même du parfum naturel des fleurs, bon bah faut plus aller dans les jardins, les parcs, les forêts parce qu’on va chopper le cancer. C’est de la désinformation, de la diffamation. Il va falloir qu’ils changent vite leurs informations avant que cela ne se retourne contre eux.

      Répondre
  • Vous ne parlez pas de l’application Yuca ? Vous pensez quoi de celle ci ?
    Votre article est très enrichissant

    Gaelle
    Répondre
    • Celle-ci est encore pire. Non spécialisée dans la cosmétique mais se permet quand même de donner un avis et quand j’ai voulu relever plusieurs erreurs aux fondateurs, j’ai eu que des stagiaires sans expérience en retour… La quantité plutôt que la qualité.

      Répondre
  • Alors déjà bravo pour ton article très honnête, je ne savais absolument pas tout ce que tu viens de dire à propos de ces applications. Je me tourne de plus en plus vers des produits naturels et bio. Et je me demandais si ce que tu disais été aussi valable pour l’application YUKA, qui compare les produits industriels ? Merci encore pour cet article je t’embrasse.

    Elise
    Répondre
    • Oui pareil si ce n’est pire car pas spécialisée. J’ai répondu en commentaire.

      Répondre
  • Hello hello ,

    Je suis Kahina, la fondatrice de CompoScan ! C’est une petite appli de scan. Les notes sont attribuées par un biologiste qui ne fait que travailler là dessus et qui s’est spécialisé dans la cosmétiques. L’appli est pas parfaite mais on avance et je serais ravie de discuter avec toi si tu as des observations et des avis à partager sur le sujet.

    Kahina
    Répondre
  • Pingback:Peau sèche - Conseils et solutions au naturel

  • BRAVO pour l’article. Ça fait réfléchir et je vais faire de la place dans mon téléphone !

    MyriemK
    Répondre
  • Bonjour Peau Neuve,

    J’ai 17 ans, je suis vegan et adopte un mode de vie zéro déchet. Je suis ton blog depuis quelque temps déjà et me sens rassurée de voir que des personnes comme toi peuvent ouvrir les yeux à une communauté.
    Encore hier je regardai un reportage sur la Fast Fashion et encore hier je me demandais pourquoi j’étais sur cette terre, entourée d’hommes qui n’agissent que pour se fondre dans un moule et qui ne réfléchissent pas aux conséquences de leurs actes. C’est malheureux mais aujourd’hui plus personne ne prend le temps de réfléchir avant d’acheter, avant de consommer, les gens n’ont “plus le temps”, ils sont débordés. Par quoi? Des choses futiles.

    Le problème est qu’aujourd’hui on dénonce tel ou tel ingrédients mais vu que le consommateur n’a pas le temps de faire des recherches sur la nature et l’origine des ingrédients, bien qu’il est son portable greffé à la main, il jette son dévolu sur une application et lui offre sa confiance sans réellement se demander d’où viennent les sources.

    Mais je pense cependant que, malheureusement, le problème est bien plus ancien que cela et qu’aujourd’hui dans une société branchée 24h/24 les applications sont l’issue de secours à des êtres tiraillée entre deux scandales. Alors chacun pense faire mieux, consommer mieux, agir mieux en se renseignant sur la composition. Mais qui va, après avoir scanné sa dernière crème à la mode, vérifier si l’ingrédient x qui est mal noté est réellement mauvais? Personne, personne parce que pour les gens les applications ont raison alors à quoi bon aller vérifier? Pourquoi une application nous mentirait alors qu’elle justement là pour décrypter une liste d’ingrédients que nous ne sommes pas à même de comprendre?

    Mon discours se noiera parmis des milliers d’autres mais si tu savais à quel point j’ai envie de militer et de me révolter face à cette société insouciante. Parce qu’aujourd’hui les gens attendent la catastrophe pour se dire “ah oui il y avait un problème”, tant que la menace ne se présente pas elle reste à l’état de théorie mais dès lors qu’elle arrive et qu’elle nous accable il est bien trop tard pour agir mais ça les gens ont bien du mal à le comprendre à mon grand désespoir. D’autant plus qu’il n’est plus vraiment possible de penser par soi-même aujourd’hui, les études que l’on pense fondées (par exemple sur l’importance du petit-déjeuner) sont en fait conduites par des groupes de céréales et autres produits industrielles pour le petit déjeuner pour nous faire C-O-N-S-O-M-M-E-R encore et toujours.

    Alors merci de prendre ton temps pour nous partager des articles tel que celui-ci et continue à faire de belles choses.
    Solène

    Boyet Solène
    Répondre
    • Coucou,
      Je suis totalement d’accord avec toi donc merci pour ton message !
      Bonne journée

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous cherchez un produit dans la boutique? C’est par ici!

Mon panier