La vérité sur les crèmes solaires et le dioxyde de titane

La vérité sur les crèmes solaires et le dioxyde de titane

FILTRES SYNTHETIQUES vs FILTRES MINERAUX, quelles sont les différences ?

Avec une crème solaire synthétique, les filtres pénètrent l’épiderme et absorbent les UV. ABSORPTION :

+ facile à formuler avec différentes textures, pas d’effet blanc.
large choix de filtre pour couvrir toutes les protections.

– L’action n’est pas instantanée, il faut attendre 30 minutes avant une exposition.
Ils traversent la barrières cutanées, ces filtres se retrouvent dans notre sang.
Ils peuvent être allergisants, écotoxiques, pas toujours photostables et perturbateurs endocriniens.
Ils polluent les milieux naturels.

Avec une crème solaire minérale, les filtres se déposent sur la peau pour réfléchir les rayons UV. REFLECTION :

+ d’origine minérale donc naturelle. Inertes, ils restent en surface et agissent comme un miroir, bonne tolérance cutanée.
Photostables et efficaces dès l’application du produit.

– Pas beaucoup de choix de filtres minéraux : dioxyde de titane ou oxyde de zinc uniquement autorisés par COSMOS.
Difficiles à formuler, souvent effet blanc.
Peuvent contenir des particules de taille nano.

Une étude qui devrait vous faire réfléchir 

Le 4 juin 2019, une étude publiée dans la revue médicale JAMA nous dit ceci :

4 filtres synthétiques étudiés : Avobenzone, Oxybenzone, Octocrylène, Ecamsule. Ces filtres sont présents dans les crèmes solaires conventionnelles / synthétiques. Voir visuel plus bas pour découvrir les marques qui les utilisent.

Ces 4 filtres passent la barrière cutanée et se retrouvent dans le sang pendant 7 jours.
L’oxybenzone a été décelé dans le liquide amniotique, le lait maternel et les urines, en forte proportion et de façon durable.

TOUT SUR LE DIOXYDE DE TITANE

L’utilisation du dioxyde de titane dans les cosmétiques :

Le dioxyde de titane n’est suspecté d’être cancérogène que sous forme de
poudre fine inhalée, dû à la pénétration des particules fines dans les
poumons (voir études en lien avec l’alimentation donc).
Le dioxyde de titane sous forme poudreuse dans la cosmétique DIY par exemple est
déconseillée, mais il me semble qu’en BIO, on n’en trouve pas.

Dans le cas de l’actif « Ecran solaire naturel », le dioxyde de titane
n’est pas sous forme poudre, il est empâté dans une huile et il n’y a
donc aucun risque d’exposition pulmonaire.

Malheureusement, il existe peu de solutions pour une protection solaire
en évitant les filtres solaires synthétiques.
Le principal écran solaire utilisé en cosmétique Bio est le dioxyde de
titane, car c’est le plus efficace tout en étant peu blanchissant.

Il y a aussi l’oxyde de zinc mais il faut en mettre beaucoup pour avoir
une protection équivalente, et il a un effet plus blanchissant sur la
peau.

Enfin, certaines huiles végétales apportent un léger effet protecteur, voire même un effet assez notable avec l’huile végétale de Karanja. La législation drôlement entourée des lobbies pharmaceutiques empêche les marques de le dire tout fort donc j’en profite pour vous le dire.

Si vous préférez éviter le dioxyde de titane, je vous conseille donc de vous tourner vers cette huile, tout en sachant que son effet protecteur reste modéré.

Encore une fois le consommateur est libre de ses propres choix et agit selon ses convictions et ses capacités.

Le Mica blanc brillant ou or par exemple est un mica naturel. Le mica est une roche issue de carrières, coloré avec du dioxyde de titane.
Ce mica blanc est un ingrédient 100% minéral qui est autorisé en cosmétique BIO (étant non traité par irradiation, non nanoparticulaire).

Sans le dioxyde de titane, ce mica ne serait pas blanc et n’aurait pas d’effet colorant couvrant. Un peu compliqué pour formuler du maquillage.

Le dioxyde de titane est actuellement très controversé effectivement, mais il est suspecté d’être nocif uniquement dans les conditions suivantes :
• S’il est en poudre libre, sous forme de nanoparticules ou de particules micronisées en dessous de 0.3 à 0.4 microns. Sous cette
forme, il est suspecté cancérigène (pour les poumons, par inhalation) et classé par l’IARC, ce qui concerne surtout les personnes qui le manipulent de façon industrielle, dans les usines par exemple sans masque de protection et en grande quantité. Bref nous sommes loin de ça avec notre utilisation cosmétique.
• S’il est sous forme de nanoparticules. Il existe à l’heure actuelle encore peu de données concernant la sécurité des nanoparticules mais plusieurs études pointent une possible pénétration transcutanée. Le principe de précaution veut donc que l’on évite cette forme nanoparticulaire.

Les crèmes solaires labelisées BIO ne sont pas des nanoparticules car c’est interdit pour obtenir ces labels.
Il n’y a donc pas de pénétration à travers la peau (pas non plus d’ingestion, ils sont destinés à un usage cosmétique).

Dans les micas, le dioxyde de titane n’est pas libre, il est fixé sur les particules de micas, qui sont par ailleurs relativement « grosses » (8-80 microns en général), et ne vont donc pas pénétrer jusqu’aux alvéoles pulmonaires, il n’y a donc pas de risque de nocivité par inhalation.
De plus, lors d’une utilisation normale des micas, ceux-ci ne vont pas être inhalés.

Il n’y a donc pas d’inquiétude à avoir concernant l’utilisation de ce mica dans la composition de produits cosmétiques ou de maquillage «maison ».

Quelle crème solaire choisir ?

Personnellement j’utilise et recommande ACORELLE depuis des années.

Parce qu’ils sont spécialisés dans le SOLAIRE en BIO.
Ils appuient la qualité de leurs produits avec des tests in-vitro et in-vivo réalisés par des laboratoires experts indépendants (mesure du SPF, protection UVA, résistance à l’eau). Des investissements massifs en R&D (recherche & développement).
Ils ont démontré que les particules de titane ne pénètrent pas les couches profondes de l’épiderme et restent à la surface de la peau.
Leurs particules de dioxyde de titane sont enrobées par une matière inerte, l’hydroxyde d’aluminium, qui permet d’augmenter naturellement la taille des particules et empêche la pénétration cutanée.

Les études complètes sont accessibles : ici.

Crème solaire pour bébé et enfant : ici.

Crème solaire teintée pour unifier le teint : ici.

Une huile solaire pour protéger nos cheveux : ici.

Une huile solaire pour sublimer ma peau : ici.

Les crèmes solaires BIO doivent suivre les mêmes directives européennes que les crèmes solaires synthétiques, mais elles doivent en plus respecter les critères stricts imposés par les labels BIO. Donc quand j’entends les médias dire qu’une crème solaire BIO n’est pas ou moins efficace qu’une crème solaire synthétique, c’est totalement faux. Il faut plutôt dire qu’elles ont le mérite d’être conscientes et responsables de notre santé et de celle de la planète par rapport aux marques synthétiques polluantes et nocives pour la santé. Et si aujourd’hui elles sont interdites dans certains pays, ce n’est pas pour rien.

J’espère que mon article vous aide à y voir plus clair. Et si vous avez des questions, rendez-vous en commentaire !

Rejoindre la discussion


20 commentaires
    • Je viens de voir la composition de la gamme BIO et elle est bien 😉 Après je ne suis pas fan de ces marques qui mélangent synthétique et naturel. Faut qu’elles se positionnent à un moment donné ah ah.

      • Effectivement si ils savent faire de bons produit je vois pas l’intérêt de continuer à commercialiser les mauvais … Merci pour ta réponse

    • Bonjour peau-neuve, merci pour cet article !
      Pour ma part après être passée au naturel sur l’intégralité de ma sdb, il manquait plus que la crème solaire.
      J’ai testé la crème teintée spf30 de Madara qui ne convient absolument pas à toutes les carnations comme c’est marketé… Et Le spray solaire spf 30 et 50 de Laboratlird Biarritz, une horreure blanc-bleu sur ma peau métisse.
      Dans l’espoir d’un ultime investissement, j’étais au corner “clean beauty” des Galeries Lafayette où m’a présenté le spray solaire lacté de Caudalie en m’assurant que c’était clean… ils ont même un petit macaron “go for good” pour les produits aux compo irréprochables, j’y ai retrouvé des marques vraiment sûres que tu as l’habitude de conseiller donc je me suis laissée séduire parce-que pour le coup au niveau du “blend” sur ma peau et côté texture c’était parfait et voilà que je le retrouve dans ton article au rang des mauvais élèves 🙁
      Côté bio il faudrait investir en R&D pour réfléchir aux problématiques des peaux mates et noires, il y a un véritable besoin et les marques ne délivre pas vraiment je trouve

  • Merci pour cet article fort intéressant.
    Je comprends mieux la nocivité des solaires conventionnels et c’est même pire que ce que je pensais. ^^
    Encore l’année dernière j’utilisais La roche posay alors que pour tout le reste (ou presque -coucou le déodorant qui fait exception) je suis au naturel.
    Cette année j’ai décidé d’opter pour la crème teintée ACORELLE pour le visage et de même ACORELLE pour le corps en protection 30. Je n’ai pas encore testé mais au vu de ton avis et nombreux avis que j’ai pu lire, pas de doute je suis sereine.

    Merci pour cet article,

    Bises

  • Bonjour
    J’ai essayé la crème solaire de la marque avril,j’ai arrêté il y a 2 jours car j’ai comme plein de boutons sous-cutané et ça me démange d’ailleurs je ne sais pas quoi mettre pour calmer mes démangeaisons.
    Merci pour ton article.

  • Merci infiniment pour toutes ces recherches, tout ce que tu nous apprend!!! Cette année, jai choisi des crèmes solaires respectueuses (marque Biosolis). Malgré le coût, c’était non négociable pour moi. Du coup jai anticipé et investit pour mon homme et moi

  • Merci pour ton travail, ma belle Peau-Neuve et encore plus pour ta transparence (une fois encore !). Je ne fais absolument plus confiance aux médias, enfin… TU es devenue mon média.

    Mounia

  • Bonjour,
    Merci pour cet article très intéressant. C’est important pour moi de trouver une crème clean pour nous ainsi que pour notre planète !
    Que penses tu de la marque respire ? J’hésite à acheter leur crème solaire…
    Merci d’avance