Je réalise mon macérât huileux #DIY

Je réalise mon macérât huileux #DIY

Posted in Faire soi-même / DIY

Aujourd’hui je te montre comment réaliser un macérât huileux, en gros je dis bien en gros c’est comme une huile végétale, seul le mode d’extraction diffère, et je vais te présenter les détails plus bas. Le macérât huileux ou l’huile de macération existe depuis des années, nos grands-mères le fabriquaient et bien plus loin encore, dès l’antiquité, avec les romains qui raffolaient de ce soin naturel.

Fabriquer soi-même un macérât huileux parce que c’est économique, on sait ce qu’il y’a dedans, c’est personnalisable à volonté et puis cela procure une certaine satisfaction et fierté de se dire : je l’ai fait même !

C’est écologique, cela ne demande pas tant que ça d’emballage, tout est dans la cuisine, la salle de bain et le balcon. Et si tu n’as pas de balcon, tout se trouve en vrac un peu partout, il suffit de chercher les bonnes adresses. On réalise, on réutilise, avec un peu de patience pour le temps de macération mais sinon il n’y a aucune contrainte.

 

img_4214

Le macérât huileux va permettre de conserver tous les actifs d’un extrait végétal dans une base huileuse.

Les huiles végétales de base dites HUILES PORTEUSES sont généralement très classiques car très économiques comme l’Olive ou le Tournesol mais pour ce macérât je vais choisir une huile qui convient à mon type de peau. Une huile stable tout de même, qui ne s’oxyde pas facilement. Cette précision est apportée dans chaque fiche technique lors de nos achats.

POUR CELA, IL FAUT : 

  • un bocal,
  • un tissu et une ficelle,
  • les fleurs de votre choix, ici Calendula appelées Souci,
  • une huile végétale, ici Baobab.

Je réalise mon macérât huileux #DIY Je réalise mon macérât huileux #DIY

Je réalise mon macérât huileux #DIY Je réalise mon macérât huileux #DIY

COMMENT RÉALISER UN MACÉRÂT HUILEUX À FROID :

On dépose les fleurs séchées dans le bocal. Les miennes viennent de mon petit balcon. Elles n’arrêtent pas de pousser même au mois de novembre, je les ai découvertes dans La box à planter. Vous trouverez des plantes séchées dans les herboristeries ou épiceries BIO :

Je réalise mon macérât huileux #DIY Je réalise mon macérât huileux #DIY

On verse l’huile végétale de base, dite porteuse, jusqu’à recouvrir les fleurs :

Je réalise mon macérât huileux #DIY Je réalise mon macérât huileux #DIY

On ferme le pot hermétiquement, je l’ai recouvert d’un tissu pour la décoration mais c’est avec celui-ci que je vais filtrer la préparation :

Je réalise mon macérât huileux #DIY Je réalise mon macérât huileux #DIY

On laisse le pot fermé pendant 4 à 6 semaines. Ensuite avec une gaz stérile ou un collant filé (pour la recup’) on filtre la préparation afin d’obtenir notre macérât huileux de Calendula. Il faut bien presser le linge afin d’obtenir un maximum d’huile.

J’ai choisi la fleur de Calendula car elle apaise les peaux sensibles et couperosées. C’est la fleur des peaux fragiles. Elle répare les brulures, les crevasses et irritations, un vrai petit médicament. On la retrouve d’ailleurs dans la plupart des soins pour bébés.

Pour l’huile végétale de base, j’ai choisi Baobab, qui est une huile stable mais aussi réputée pour être apaisante et cicatrisante. J’obtiens alors avec cette union, une synergie réparatrice qui convient aux peaux fragiles. La mienne est disponible : ici.

Et maintenant voici une petite fiche mémo préparée avec mon illustratrice Maxime, que tu peux télécharger et garder pour tes futures recettes :

Mes fleurs de Souci made in mon balcon. Pour les faire sécher, je les ai déposées dans un chiffon sec et j’ai attendu deux ou trois jours :

Je réalise mon macérât huileux #DIY

À toi de jouer maintenant ! Et si tu as déjà fait des macérâts, n’hésite pas à me partager tes expériences en commentaire !

Naturellement, Peau Neuve.

Comments (14)

  • Bonjour,
    Merci pour ce partage, une bonne idée a tester.
    Bon week end

    Répondre
  • Salut salut !
    Très intéressant comme article, merci.
    J’ai justement récupérée des fleurs de souci sauvage (la fleurs est bien plus petite) lors de mon séjour en italie et les ai faite séchée, j’ai un peu chercher sur internet mais je prendrais bien plusieurs avis, pense tu que les propriétés soient équivalente ? Est ce que ça vaut le coup d’en faire un macérât ?

    Et 2eme question, lorsque que tu fais macérer, tu laisses dans le noir ou au soleil ? J’ai vu plusieurs avis divergents comme quoi le soleil aiderait à faire sortir les actifs des plantes mais bon je sais qu’une huile ne doit pas être et exposée au soleil, encore moins dans un récipient transparent..

    Marjo
    Répondre
  • Coucou peau neuve ! Super vidéo qui donne faim ! Une question qui n’a rien à voir avec la vidéo, mais je voulais te demander si tu avais un remede miracle ou une crème ou autre magique et qui fonctionne à long terme, pour éviter les petites plaques de sècheresses sur le menton.. J’ai une peau mixte et cette zone est désechée et je n’arrive pas à la guérir..

    nina
    Répondre
    • Salut !
      Je te conseille l’huile d’avocat. Tu en met dans le creux de ta main tu masses ton visage (ou que ton menton c’est selon) le soir avant de t coucher. Tu laisses agir toute la nuit. Normalement ta peau va kiffer.

      Aude

      Aude
      Répondre
  • Très bien expliqué merci beaucoup ☺

    viv25
    Répondre
  • merci 🙂

    enault
    Répondre
  • Super ! Mon macérat préféré : huile d’olive + pâquerette, idéal pour la fermeté du buste/seins !

    Merci pour ces supers articles Peau Neuve <3

    Lonnie
    Répondre
  • Génial ! Il faut absolument que je teste 🙂
    Merci pour cet article
    Bisous

    Répondre
  • Super ! Merci Peau Neuve ! J’avais déjà vu des recettes sur internet, mais cela me semblait trop complexe, pas assez bien expliqué ! Là, ça me semble super facile ! Je m’y mettrai dès l’année prochaine avec ma prochaine récolte de soucis (j’adore aussi cette fleur : rien que de la regarder, elle est « vitaminisante », et autre bon point pour mon jardin breton : les limaces ne l’aiment pas 🙂 !)

    Répondre
    • Merci pour l’info ! C’est bon à savoir : mettre des soucis auprès des salades :).

      Aude
      Répondre
  • Salut !
    Merci pour cet article très intéressant. J’en ai fait plusieurs moi (calendula, millepertuis, camommille, achillée millefeuille, etc.), je me demande combien de temps maximum on peut les laisser macérer ? J’en ai utilisé quelques unes déjà mais d’autres macèrent encore je ne sais pas si c’set très bon…

    Autrement, j’ai un petit questionnaire à faire remplir par 400 personnes (ouch!), puis-je vous demander un petit coup de pouce ? Il est pas long c’est pour un chouette projet sur les cosmétiques naturelles.

    https://docs.google.com/forms/d/e/1FAIpQLSfvp-MUj2z3CcYFX-DFgLrLCY9BGzzgHAFQgfEN6aZwC4A-gQ/viewform?c=0&w=1

    Merci beaucoup 🙂 <3

    Aude
    Répondre
  • Pingback:Blätterrauschen 25 | Beautyjagd

  • Hello !
    Peut on utiliser un macérat huileux au même titre qu’une huile végétale ?
    Par exemple dans une « recette » d’huile de massage, on me demande de l »huile végétale de millepertuis, puis je utiliser un macérat d’huile de millepertuis ?

    merci merci !!!

    Axelle
    Répondre
    • Oui sans problème ! C’est la même chose, c’est juste le mode d’obtention qui diffère.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous cherchez un produit dans la boutique? C’est par ici!

Mon panier
error: Contenu protégé.